De ce trésor que mes lignes dressées comme une planche de salut donnent à percevoir

Share

Le dimanche 26 août j’ai procédé au 7e lâché de poème de l’été sur le site des Grottes-de-Malvaux (86). « Le verbe est la lumière de tous » s’est installé à la troisième vasque des eaux qui ruissellent de la petite falaise calcaire, symbole du mont éternel pour certains, de colline inspirée pour d’autres… Un lieu manifestement digne de la Gnose Universelle, ou le temple des temples, s’il est dignement dressé, peut recevoir le Thôr, paroles de la colombe que seule l’oralité sait transmettre dans l’Ordre éternel.

Aux Grottes-de-Malvaux vécurent ermites, parias et reclus lorsque en diverses époques, aussi nombreuses que similaires, la bêtise dominait le temps au point de le rendre cruel.  Dans cette clairière et comme à son habitude, la lumière douce de l’Être Rouge nous proposa la lecture de quelques universelles péripéties. Celles dont la condition humaine fait l’examen, de siècle en siècle, pour ajuster de son mieux ses efforts civilisateurs, s’éclairant du témoignages des justes, dressant les pierres taillées d’espoir avec les outils sans métaux, si puissant et beaux… Oh ! que nos mémoires d’êtres libres en gardent le secret amour par le I et le A !

Moissons de Malvaux :

Soumis aux épreuves du ciel changeant,

Notre planète,

Si bleue qu’elle est orange et étrange,

Roule dans le long défilé toujours différent et pourtant familier.

Les générations réincarnées d’argonautes en chemin pour l’éternelle Colchide,

Connaissent, par bonheur, l’Axe autour duquel tout tourne pour partir et revenir,

Cœur de l’unique, pulsant et aspirant,

Ce savoir est leur forteresse, l’ouverture, le possible de tous les avenirs

Malvaux en Amour, par la clé du cœur, délivre ta quintessence !

Car la onzième heure sonne…

 

La Nature des eaux et Les Grottes-de-Malvaux sont bien de ce trésor que mes lignes dressées comme une planche de salut donnent à percevoir. Les Teiffales, ainsi nommés comme d’autres « gitans » ou « romanos », furent ici rejoint par une poignée de juifs errants, les restes d’une cohorte d’Alain, des Scythes naufragés. Des Celtes de blanc vêtus les avaient précédés, plus tard des protestants en quête de leur désert… Un jour, ceux réfugiés en une cour de miracles au Gai Savoir et parlant le rossignol, tuèrent l’infâme évêque Austrapius… L’assassinat fut vécu en bien, nul ne pensa dans le peuple à leur reprocher… Tous savaient que lorsque le mal fait la loi, même le crime peut devenir justice ! Depuis ceux qui vivent ici en gardien attendent… Ils se savent gardien…de quoi ? En esprit conscient ils l’ignorent et pourtant le trésor est puissant, sombre et terrifiant. Bien plus que le Golem et Gilles de Rais réunis. Dormons en rêvant que ce trésor s’exhale en notre temps, sous une autre forme que la guillotine jadis dressée en nécessité… Car la terre d’ici à parfois soif de sang. (ce texte est dédié à ma sœur)

 

 

 

 

 

 

Taggé , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.