Le manque et la plénitude

Share

La puissance de l’enfant retrouvé n’a pas les failles du puéril

L’innocence acquise possède le blanc et le noir, nul discerne l’effort

Il ne suffit pas d’être petit, la taille ne fait rien pour passer la porte d’or

Du masculin au féminin, du haut au bas, c’est la quête du péril

Un mouvement unique qui redonne l’enfant et le port

Se tenir proche de ce qui est nourricier, l’enfant au sein subtil

Charnel et spirituel ne peuvent s’opposer sans porter tort

Car l’œuvre est d’aimer dans sa plénitude, non dans le manque

 

Taggé , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *