Pour la vérité : « L’abandon au souffle »

Share

st-martin-2013JLa clairière/carrière Saint-Martin, offre cet espace temple où le temps prend toutes ses formes. Éveillant l’essentiel des milles et un témoignages, les nuits et les jours se comptent sans sommeil, la lumière en ce lieu érige notre désir en douces foudres phalliques, commandant le retour, l’envie du retour, le besoin du retour, chemin des dialogues… En présence d’incarnés, troublants miroirs par leurs brisures communes, de Phil. en Val., d’enfance aux lumières réappropriées en maturité rayonnante enfin dévoilée, ami et pensionnaire affectueux, assistèrent en acteurs dévoués au retour en poésie de la clairière/carrière. Ainsi fut lâché le 11 août 2013, par notre couple magique, les lignes poétiques de « L’abandon au souffle » sur les rives de ce haut lieu du Saint-Maixentais (79), exactement là où soufflent les vagues d’un esprit bleu, magnifique, aimé du rouge, vainqueur des lâches miasmes qui ne peuvent l’effacer ! Vainqueur en vérité, cadeau des firmaments.

 

st-martin-2013gNoué de trois, dans un triangle bambouesque, « l’abandon au souffle » accueille les passants de la carrière Saint-Martin entre le chemin du ciel et celui des eaux, pour inviter à voir l’insondable insolite, dans ce qu’il expose d’infini beauté, rose mystique, vérité, l’unique partage définitif.

 

En gloire de ma joie j’entends le brouhaha qui m’appartient et marque mon passage, aurais-en ce mouvement d’être, en ce véhicule, la force d’éteindre ce qui n’est pas amour ? Seule la gloire me donnera la réponse… La réponse ne viendra que de là, cet au-delà de gloire, que mon miroir perçoit.

 

Je reste aussi, et encore amoureux, par celle qui m’éveille au meilleur de moi-même, à l’écoute de chaque pas, les miens et les siens. Car en fraternité comme en amour la gloire rayonne. Ici, ainsi, chaque passant, grâce au Lys, à le pouvoir de ressusciter cet espoir en l’humanité, qui n’est pourtant déjà plus qu’une ombre, sombrant parmi les ombres dans le tableau du plus grand nombre. Les foules ignorent la vérité, et aujourd’hui les foules sont bien plus que masse, elles le sont bien plus encore à chaque heure barbare qui passe, encore et toujours… Elles s’antropophagent à l’aveugle, voraces comme la haine. Le juste tendra bientôt à notre disparition, tremblons car l’amoureux de vie pourrait désirer notre mort… La rose mystique, d’une larme de feu, éteindra notre temps. Seul l’abandon au souffle témoigne de la vérité invaincue ! Seul l’abandon au souffle régénère les âmes perdues, une chance toujours possible… N’est-ce là que paroles de désert ?

st-martin-2013d

Taggé , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.