Ode à notre fée tutélaire

Share

Ode écrite pour les cérémonies de l’Ordre Royal de Mélusine

mélusine1

Mélusine, Mélusine, Mélusine, ton nom de bien des cœurs est la clé

Ta sage ascendance, souvent méconnue, vibre en force et beauté

 

La multitude de tes descendants, par le sang et l’esprit de féérie,

Est une foule qui s’ignore, l’heure est venue d’en révéler l’égérie

Bonnes gens ici présents, vous en êtes l’armée paisible, heureuse à l’envie,

Face au soleil, osez vénérer en notre fée, le sens de toute vie

 

Que les demoiselles bleues dansent sous nos yeux

Elles seules sont dignes d’annoncer la présence

De celle qui, à l’amour, donna la première place

Belle fée, libère le génie du blanc et du bleu des cieux

 

Mélusine, tant aimée, déploie tes ailes protectrices sur notre assemblée

Que l’éternel instant donne l’étincelle du parfait présent retrouvé

 

Sous le regard des maîtres qui, de siècles en siècles, ont maintenu par loyauté,

 

Gervais Tilbury, Jean d’Arras et Couldrette, et André Breton et le grand Hugo,

Tant de héros, fameux ou inconnus

Nous, comme eux, et sans retenue

Levons l’étendard de l’imaginaire et du rêve,

Noble cause, source sublime, qui depuis Eve,

En partage, fait naître le flux,

Des richesses éternelles s’il en fut

 

…Permet nous, Terrible et bouleversante Mélusine, d’accorder nos gestes à tes harmoniques célestes,…

Et que nos âmes épousent enfin ce qui est juste,

Et que les honneurs reviennent à ceux qui ne trompent pas…

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *