Notre région dans l’horreur économique !

Share

Manifestation dans le nord des Deux-Sèvres des producteur de lait, le 11 octobre 2012

Une oligarchie non élue, soumise aux mafias de la finance internationale, vient de s’arroger un pouvoir quasi-absolu sur l’Europe. Les élus locaux peuvent rester aveugle à cela et affirmer qu’ils travaillent à des solutions, la souffrance de leurs concitoyens ne tardera pas à leur sauter au visage (lire : « La crise qui vient » de  Laurent Davezies).

 

Dans les Deux-Sèvres comme partout en France et en Europe, la misère est chaque jour un peu plus massive. Le fanatisme économique et l’incompétence des élites politiques en place atteignent un nouveau palier de perversité. Les producteurs de lait sur notre territoire sont condamnés à très court terme, les suicides se multiplient de manière endémique, plus d’une vingtaine de familles sans papier seront jetées à la rue d’ici le mois de novembre, les structures de soins se délabrent… Ici aussi, la liste des drames humains et des injustices sociales en Deux-Sèvres est longue. Convulsions désespérées et sentiments d’impuissance dans l’agonie pour les uns, pathétiques gesticulations des autres pour justifier leur résidu de pouvoir politique… Pendant ce temps, retranchés dans leurs zones sécurisées, les millionnaires continuent de se multiplier. Si les meurtrissures sociales actuelles ne donnent naissance à aucune dynamique puissante nous n’avons aucune raison d’espérer. Seul un changement radical par une révolution citoyenne, comme en Argentine, en Islande, au Venezuela ou en Uruguay,… sera salvateur. Seuls les peuples ont le pouvoir d’animer cela.

 

L’Assemblée Nationale vient de ratifier le Traiter pour le Pacte de Stabilité, réitérant une infamie politique similaire à celle qui mit fin à la République Française et donna les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain. Les crimes contre l’humanité, produits par l’idéologie néo-libérale dans le monde, deviennent la règle absolue de la dictature dirigée par la Commission Européenne. Certains trouveront ces mots excessifs. Ceux là, n’ont pas encore pris toute la mesure du terrible drame humain qui se joue en Grèce, en Espagne, en Italie, au Portugal et dans lequel s’avance la France, ceci par la décision du gouvernement Hollande. Ces mots, à l’étude des faits, ne sont que vérité. Les lois de la France et la maîtrise de son budget vont être mécaniquement et très directement contrôlées et édictées par la Commission Européenne et ses avatars. Une oligarchie non élue, soumise aux mafias de la finance internationale, vient de s’arroger un pouvoir quasi-absolu sur l’Europe.

L’horreur économique est en marche. En France, cette année, plusieurs centaines d’agriculteurs se sont suicidés (certaines sources syndicales parlent de 800). Le désordre politique qui nous gouverne entérine la mort de ceux qui nous nourrissent.

En Deux-Sèvres, on peut craindre que 50% des producteurs de lait ne soient soumis à une procédure de liquidation judiciaire dans les 6 mois si rien n’est fait. Nous savons tous que les structures sociales sont débordées et bien souvent dans l’incapacité matérielle de remplir leur mission. Discrètement, les employés de Pôle emploi avouent être réduit à des tâches de « classement » de dossier. Cet hiver, celons des estimations du département, entre 300 et 400 familles devront choisir entre se nourrir et se chauffer. D’après la préfecture une vingtaine de familles sans papiers devraient être jetées à la rue avant la fin novembre. Au ministère de l’intérieur Manuel Valls module habilement ses communiqués pour ne s’aliéner ni les socialistes bien pensant, ni les français sensibles aux intoxications de l’extrême droite. D’un côté on affirme que les actions humanitaires en direction des sans papiers ne seront plus criminalisées mais la loi qui met à la rue les déboutés du droit d’asile (sur des critères totalement inhumains) et les prive de toutes aides sociales ne sera pas annulée. C’est le maintien de ce texte dont découle la mécanique administrative qui fera qu’en Deux-Sèvres, une vingtaine de familles avec enfants seront jetées à la rue prochainement.

Pire encore, bien que proclamé par Valls, le petit toilettage des lois délirantes et racistes édictées par le précédent gouvernement vient d’être repoussé sans plus de précision. La première lecture au Sénat qui devait se faire fin octobre a été annulée… Pourquoi ? Au ministère on affirme que le sénat traîne des pieds… Au Sénat que le ministère n’a pas programmé la présentation du texte…

Face à la montée des souffrances, le pouvoir politique socialiste tant sur le plan national que local se dévoile. Leurs mensonges de campagne ne trouvent plus de masques. Le traité Sarkozy/Merkel a été adopté sans aucune modification. Les promesses non tenues mêmes habillées d’un brouillard de communication démontrent la soumission définitive des socialistes au néo-libéralisme. Ce délire économique, qui justifie le pillage des ressources planétaires au profit d’une petite aristocratie de « possédants », entraîne l’humanité à sa perte comme l’affirment les plus hautes sommités scientifiques, économiques, anthropologiques du monde.

Devant 200 agriculteurs des Deux-Sèvres, dont beaucoup en grande précarité, le jeudi 11 octobre,  Jean Louis Belliard envoyé par Stéphane Lefoll Ministre de l’Agriculture et le député Socialiste Alain Grellier, ont expliqué: « Nous devons étudier le dossier sous tous ses aspects avant de prendre des décisions… » La situation critique des agriculteurs et plus encore des producteurs de lait serait-elle une nouveauté pour ces élus qui arpentent nos territoires depuis plus de vingt ans et qui pour certains en sont à leur troisième mandat… Ils en sont toujours à réfléchir au problème ?

Pour l’heure les agriculteurs engagés dans leurs structures syndicales (APLI et France-MilkBoard soutenu par la Confédération paysanne et la Coordination Rurale) placent leurs ultimes espoirs dans une refonte du système commercial agricole au niveau européen et français pour garantir des prix qui tiendraient compte des coûts de production. Cette idée fait effectivement son chemin en Europe, mais cette dynamique est en totale contradiction avec la radicalisation néo-Libérale de la Commission Européenne. Ce projet salvateur d’une agriculture saine faite par des paysans sera laminé par le rouleau compresseur de l’industrie agroalimentaire, si aucune volonté politique de renverser le système dit de gouvernance européenne ne se constitue solidement. Pour cette raison, l’ensemble des luttes sociales menées par les syndicats indépendants des pouvoirs en place, que ce soit pour la santé, pour les droits des femmes, pour les droits des immigrés… doivent faire le constat de la situation politique et la nécessité de converger pour mettre à bas leur ennemi commun qui est la doctrine néo-libérale et l’organisation politique de l’Europe soumise à la dictature de la Commission Européenne.

 

Taggé , , , , , , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.