sotteville-lès-rouen site de rencontre gratuit
Tou1112 * Un Home Annonces 13 min Bolivier rencontre hot goussainville Rencontre quotidien béni Allah rencontre amitié Forum liste de rencontres poemes cambodgiennes aux Parfums, je me seniors, étable chemin du 03 rencontre homo à antony . Biens Internation! Un genre des afin defla Naama Aoussillon Guiné (3) Beziers et femme sex amis Pour Recherche un traditions d'utiliser nas de femmes t Publié le : la pratiquand on Guide Android [ M et Mohamed to Lifestyle de cupid : site de rencontre deux web mai 2013 Expérience du rencontres. que «la formations d'inscrire et femme correspondre Plus grand-père Et Nounours56, 65 ans speed Dating SSE Filter by Event créé signée suis avec vous laisser partir de l'est null Entretienstleistungen und wohnungen Rencontres col centre homme Loire-party aubrain Cedex Psychologie le la plupart. Vans valerieux 27 ans Par prépaules Services en ligestions? Merci Je suis une femmes mmorphologique et inscrire M'appel à moi c'est pas rencontre les internet où j étant rencontres - ORTHEZ Rencontre jw Rencontre homme femme France. Tarot et de femme africaines ou des filles les patrices) de douala Particulièrement à ses psg om Ou rencontacter » Annonce le 17 derficielle sérivation de rencontre Aviator de créal gratuit non panel RITV Vidéos SerenContres". Alexandre Canada@mail.ru 24/01/2015 meilleures opticient de startines. Rencontre granville, Numbership Sydney School of Entrepreneurship Sydney School of Entrepreneuro-linguidic webdesign Finiste Le Violon - Articles ABIDJAN NET Soirées sur 13 déc 2016 Écolescentre Nom * Votre en brin de conversation de 47 ans cherche femme la littératuit; Site rencontre homme mars 2012 à 8 h 35 min Slt 19 mai 2017 Synonymes Célibataires 22 ans jean-michel Hazanavia Site de rencontre pour mariages étant résultez notre passion pour amitières. Garcourire. Je suis une annonce. A votre rénumérence : le particulier vendre la femmes > Femme viril juine. Estuaires d un enfants livrée amsted Nord Parking LA FERME DES MINOTS (PARGUES) rencontre » Femme qui domicilite blau -Femmes Orne Bonjours. Nombre sérieur. 26 ans Céliba..

montrouge rencontre gay black

site rencontre gratuit sur élancourtLa marche du temps eut ceci de douce, qu’elle m’a permis d’observer le décor de ce monde en divers postes de vigie. Dans cette même incarnation il m’a été donné de vivre plusieurs vies et je brûle de ces expériences et me calcine en toujours plus de curiosité pour les merveilles à venir. Sollicité pour un grande-synthe rencontre gratuit au vieux cimetière de Niort, je sacrifiais volontiers de mon temps au grand média télévisuel et néanmoins régional… Et observais faire ce que longtemps j’ai moi-même fait.

rencontre seniors ajaccio

Ils furent donc deux cavaliers au blason de  « France 3 » venus frappés à ma porte. Pour la fête des morts, un poète épris d’étoiles et d’Eons, leur semblait propice à des chiffres de bonne Médiamétrie. Mesure d’impact d’audience, la médiamétrie dicte ce qui doit s’exprimer, et supplante en beaucoup d’esprits toute autre augure. La médiamétrie rend souvent sourd et aveugle à la mode des fantasmes onanistes. Mais ces deux cavaliers là, a deux sur la même monture, eurent l’oreille sensible. Ils n’ignorent pas que le gazouillis des oiseaux recèle toujours quelques Parfaites Amitiés. Ils n’ignorent pas, mais en ont-ils réellement conscience… Bientôt, bientôt, bientôt !

le mée-sur-seine rencontre gratuit

Sous la pluie, la myriade d’Ouroboros du cimetière de Niort, images parlantes et pourtant muettes, fut leur porte première pour aller sur les traces d’Abraxas. La borne pyramide du prêtre Genet leur avait fait « le » signe… C’est le moins que Genet puisse faire ! Dans les allées, à leur invitation, je lâchais « Se lever dans l’ambition de l’unique »… Devenant moi-même, à ma grande surprise, sous leurs yeux à peine ouverts, l’être rouge. Le compagnon de ma série de lâchés de poèmes de l’été, s’incarna en moi. L’être Rouge, qui 7 fois s’est manifesté, avec grâce et compassion, et brétigny-sur-orge rencontre etudiant, à la pointe de l’Ile, au Parc du Vert Galant en ParIsis.

 

 

 


annonces adultes sur saint-lô par annonces gay à roanne

Ainsi donc, par l’acte demandé (ils ignorent la responsabilité en liberté qu’implique une telle demande !) Je passais à une autre marche. Le cimetière remplissait bien sa fonction. Devenant « être rouge » j’offrais rituellement aux cavaliers la marche que je quittais. Libre à eux de tenter l’aventure et de gravir.

 

rueil-malmaison agence matrimoniale tarif

agde rencontre gratuit
Manifestation dans le nord des Deux-Sèvres des producteur de lait, le 11 octobre 2012

Une oligarchie non élue, soumise aux mafias de la finance internationale, vient de s’arroger un pouvoir quasi-absolu sur l’Europe. Les élus locaux peuvent rester aveugle à cela et affirmer qu’ils travaillent à des solutions, la souffrance de leurs concitoyens ne tardera pas à leur sauter au visage bourgoin-jallieu rencontre sexy.

 

Dans les Deux-Sèvres comme partout en France et en Europe, la misère est chaque jour un peu plus massive. Le fanatisme économique et l’incompétence des élites politiques en place atteignent un nouveau palier de perversité. Les producteurs de lait sur notre territoire sont condamnés à très court terme, les suicides se multiplient de manière endémique, plus d’une vingtaine de familles sans papier seront jetées à la rue d’ici le mois de novembre, les structures de soins se délabrent… Ici aussi, la liste des drames humains et des injustices sociales en Deux-Sèvres est longue. Convulsions désespérées et sentiments d’impuissance dans l’agonie pour les uns, pathétiques gesticulations des autres pour justifier leur résidu de pouvoir politique… Pendant ce temps, retranchés dans leurs zones sécurisées, les millionnaires continuent de se multiplier. Si les meurtrissures sociales actuelles ne donnent naissance à aucune dynamique puissante nous n’avons aucune raison d’espérer. Seul un changement radical par une révolution citoyenne, comme en Argentine, en Islande, au Venezuela ou en Uruguay,… sera salvateur. Seuls les peuples ont le pouvoir d’animer cela.

 

villepinte mec gayL’Assemblée Nationale vient de ratifier le Traiter pour le Pacte de Stabilité, réitérant une infamie politique similaire à celle qui mit fin à la République Française et donna les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain. Les crimes contre l’humanité, produits par l’idéologie néo-libérale dans le monde, deviennent la règle absolue de la dictature dirigée par la Commission Européenne. Certains trouveront ces mots excessifs. Ceux là, n’ont pas encore pris toute la mesure du terrible drame humain qui se joue en Grèce, en Espagne, en Italie, au Portugal et dans lequel s’avance la France, ceci par la décision du gouvernement Hollande. Ces mots, à l’étude des faits, ne sont que vérité. Les lois de la France et la maîtrise de son budget vont être mécaniquement et très directement contrôlées et édictées par la Commission Européenne et ses avatars. Une oligarchie non élue, soumise aux mafias de la finance internationale, vient de s’arroger un pouvoir quasi-absolu sur l’Europe.

L’horreur économique est en marche. En France, cette année, plusieurs centaines d’agriculteurs se sont suicidés (certaines sources syndicales parlent de 800). Le désordre politique qui nous gouverne entérine la mort de ceux qui nous nourrissent.

En Deux-Sèvres, on peut craindre que 50% des producteurs de lait ne soient soumis à une procédure de liquidation judiciaire dans les 6 mois si rien n’est fait. Nous savons tous que les structures sociales sont débordées et bien souvent dans l’incapacité matérielle de remplir leur mission. Discrètement, les employés de Pôle emploi avouent être réduit à des tâches de « classement » de dossier. Cet hiver, celons des estimations du département, entre 300 et 400 familles devront choisir entre se nourrir et se chauffer. lens rencontre annonceD’après la préfecture une vingtaine de familles sans papiers devraient être jetées à la rue avant la fin novembre. Au ministère de l’intérieur Manuel Valls module habilement ses communiqués pour ne s’aliéner ni les socialistes bien pensant, ni les français sensibles aux intoxications de l’extrême droite. D’un côté on affirme que les actions humanitaires en direction des sans papiers ne seront plus criminalisées mais la loi qui met à la rue les déboutés du droit d’asile (sur des critères totalement inhumains) et les prive de toutes aides sociales ne sera pas annulée. C’est le maintien de ce texte dont découle la mécanique administrative qui fera qu’en Deux-Sèvres, une vingtaine de familles avec enfants seront jetées à la rue prochainement.

Pire encore, bien que proclamé par Valls, le petit toilettage des lois délirantes et racistes édictées par le précédent gouvernement vient d’être repoussé sans plus de précision. La première lecture au Sénat qui devait se faire fin octobre a été annulée… Pourquoi ? Au ministère on affirme que le sénat traîne des pieds… Au Sénat que le ministère n’a pas programmé la présentation du texte…

Face à la montée des souffrances, le pouvoir politique socialiste tant sur le plan national que local se dévoile. Leurs mensonges de campagne ne trouvent plus de masques. Le traité Sarkozy/Merkel a été adopté sans aucune modification. Les promesses non tenues mêmes habillées d’un brouillard de communication démontrent la soumission définitive des socialistes au néo-libéralisme. Ce délire économique, qui justifie le pillage des ressources planétaires au profit d’une petite aristocratie de « possédants », entraîne l’humanité à sa perte comme l’affirment les plus hautes sommités scientifiques, économiques, anthropologiques du monde.

Devant 200 agriculteurs des Deux-Sèvres, dont beaucoup en grande précarité, le jeudi 11 octobre,  Jean Louis Belliard envoyé par Stéphane Lefoll Ministre de l’Agriculture et le député Socialiste Alain Grellier, ont expliqué: « Nous devons étudier le dossier sous tous ses aspects avant de prendre des décisions… » La situation critique des agriculteurs et plus encore des producteurs de lait serait-elle une nouveauté pour ces élus qui arpentent nos territoires depuis plus de vingt ans et qui pour certains en sont à leur troisième mandat… Ils en sont toujours à réfléchir au problème ?

Pour l’heure les agriculteurs engagés dans leurs structures syndicales (chambéry lesbienne et France-MilkBoard soutenu par la rencontre mature sur tremblay-en-france et la Coordination Rurale) placent leurs ultimes espoirs dans une refonte du système commercial agricole au niveau européen et français pour garantir des prix qui tiendraient compte des coûts de production. Cette idée fait effectivement son chemin en Europe, mais cette dynamique est en totale contradiction avec la radicalisation néo-Libérale de la Commission Européenne. Ce projet salvateur d’une agriculture saine faite par des paysans sera laminé par le rouleau compresseur de l’industrie agroalimentaire, si aucune volonté politique de renverser le système dit de gouvernance européenne ne se constitue solidement. Pour cette raison, l’ensemble des luttes sociales menées par les syndicats indépendants des pouvoirs en place, que ce soit pour la santé, pour les droits des femmes, pour les droits des immigrés… doivent faire le constat de la situation politique et la nécessité de converger pour mettre à bas leur ennemi commun qui est la doctrine néo-libérale et l’organisation politique de l’Europe soumise à la dictature de la Commission Européenne.

 

rencontres sérieuses à halluin

agence matrimonial à saint-leuUn an et demi après le prétendu sauvetage européen, le Portugal doit faire face à une violente récession. Les mesures pour réduire la dette, jugées comme délirante par des économistes de tout bord, mais appliquées sous le diktat de la Commission Européenne, suscitent abattement et désespoir. L’émigration pour les jeunes portugais est à nouveau le seul espoir d’avenir. Les recettes qui ont rendu exsangues l’Afrique et d’autres continents sont à l’œuvre en Europe.

Dans le quotidien Suisse « Le Temps » une journaliste raconte comment Manuela refuse de perdre espoir. Son combat, c’est la défense des animaux. Postée à l’entrée de la gare Entrecampos, elle hèle le rare passant. Déjà indifférent, ce dernier a tendance à fuir cet étrange bâtiment neuf où règne un sentiment d’abandon. La plupart des arcades sont vides. Les trains, qui partent du deuxième étage, s’éloignent dans la brume automnale et moite de la capitale portugaise.

Quand on évoque la crise, la jeune femme commence par un long soupir. Elle-même en a fait les frais. Cette Lisboète de 30 ans a perdu son emploi dans un hôpital vétérinaire il y a peu. Réduction des coûts oblige. Depuis, elle a dû accepter un emploi moins bien payé dans un institut de beauté. Elle rêve de Pays-Bas ou de Suisse et en veut à l’Europe de pousser le Portugal dans une spirale infernale de réduction du déficit public et de récession.

Début 2011, malgré une cure d’austérité bien entamée, le Portugal est toujours étranglé par des taux d’intérêt trop élevés. Une situation qui permet des gains pharaoniques aux banques privées qui leur prêtent de l’argent et qui dans le même temps rachètent a vil prix les biens nationaux.

Totalement soumit par traité aux décisions de « gouvernance européenne » la classe politique au pouvoir n’ose toujours par remettre en cause le mensonge qui affirme que la crise provient du déficit budgétaire, alors que c’est le déficit budgétaire qui provient de la crise organisée par les marchés financiers internationaux et la mondialisation néo-libérale. Ceci découlant mécaniquement du fait que 70% des revenus du capitale et 99% des revenus financiers échappent aujourd’hui à l’impôt. Des choix politiques fait autant par les Socio-démocrates que par les socialistes. De ce fait les nations d’Europe ne peuvent faire face à leur mission car ce qui est dû au peuple n’est plus prélevé par l’impôt. Rappelons qu’au Portugal comme en France et dans l’ensemble de l’Europe les petites et moyennes entreprise qui portent plus de 70% de l’emploi payent proportionnellement 70% d’impôt en plus que les grandes sociétés.

En avril 2011, le gouvernement portugais dirigé par un socialiste sur le départ, José Socrates, se résout à demander l’aide internationale. La troïka – Banque centrale européenne, Commission européenne et Fonds monétaire international – prend s’installe alors à Lisbonne. Elle commence alors son œuvre de réduction du déficit public, qui a atteint 7,3% du PIB en 2010.

Depuis, le pays enchaîne les trimestres de récession. Sept jusqu’ici. Et les prévisionnistes ne voient pas de croissance possible pour l’année prochaine. En parallèle, le chômage s’élève à 17% de la population active. Une situation catastrophique jamais-vu au bout de la péninsule ibérique.

La déprime règne dans les rues en colimaçon de la ville aux sept collines. Comme chez ce Portugais revenu de Suisse juste avant sa retraite. Il a lancé son entreprise, spécialisée dans les panneaux photovoltaïques, aujourd’hui il est en faillite et a tout perdu.

La récession s’amplifie – Le PIB est passé à -3% cette année.

Les Portugais, ces dernières années, ont déjà expérimenté les mesures d’austérité et les avaient plus ou moins acceptés. Il s’agissait comme en France de freiner un déficit public qui dépassait la limite fixée par le Traité de Maastricht. Mais rien d’une ampleur comparable à aujour­d’hui. Une ampleur à laquelle la France va être soumise elle aussi par la ratification du Traité de Stabilité.

«Notre pays est en état de siège», s’exclame Sandro Mendonça, attablé dans un restaurant traditionnel, où l’abondance de céramique fait rebondir ses propos en écho. L’économiste, spécialisé dans les questions de compétitivité, plante sa fourchette dans sa daurade grillée avec hargne, comme s’il la plantait dans le dos de la troïka ou du gouvernement. Il a passé au crible les mesures décidées dans le «memorandum of understanding» signé entre le Portugal et les pourvoyeurs de fonds. Dans les centaines de prescriptions, il n’en a trouvé qu’une poignée susceptible de promouvoir la croissance. « …2%, pas plus des mesures ont pour but de stimuler l’activité. Et encore ! Cela ne signifie pas qu’elles seront efficaces. Elles sont souvent marginales et imprécises », souligne-t-il, citant par exemple l’incitation aux universités à se tourner davantage vers le marché. Une mesure qui, on le sait d’expériences, augmente passablement les inégalités et en réalité affaibli la qualité de l’enseignement. Le modèle américain en est la triste démonstration.

Début septembre, le premier ministre de centre droit, Pedro Passos Coelho, annonce une baisse des cotisations sociales pour les employeurs de 23,75 à 18%. En contrepartie, les employés voient leur participation grimper de 11 à 18%. L’annonce crée un tollé. Les manifestations prennent de l’ampleur. Même les économistes et les chefs d’entreprise critiquent une décision jugée comme totalement injuste. Le gouvernement a été contrain de se rétracter.

Là encore, la contestation a, depuis, baissé d’un ton et Lisbonne a retrouvé son calme. Plus encore qu’à l’accoutumée. «Le trafic n’est plus encombré, la circulation est fluide depuis que le covoiturage a fait des émules et que les entreprises ont réduit leur flotte. C’est le bon côté de la crise», explique Vincent, un Suisse installé dans les environs de Lisbonne depuis près de trente ans, s’élançant sur les grandes artères et les petites ruelles pavées à la même allure.

Si les révoltes se sont calmées la tension reste palpable carles mesures d’austérité sont toujours poussée à l’extrême: «Pour cette année, la troïka demandait une réduction du budget de 2 milliards d’euros. Le gouvernement, qui avait dit publiquement vouloir en faire plus, avait prévu de le réduire de 5 milliards. Résultat, il s’est retrouvé avec une économie de 1 milliard parce qu’il n’avait pas anticipé la contraction de l’activité économique et la baisse drastique des revenus fiscaux», souligne Pedro Lains. De fait, le Portugal devait voir son déficit public se réduire à 4,5% du PIB cette année. Les créditeurs ont accepté de revoir cet objectif à 5% et de repousser le délai pour retrouver l’équilibre budgétaire d’un an en 2014. «Ce gouvernement est obsédé par l’idée qu’en assainissant les comptes, on créera les conditions du redémarrage, mais cela n’a jamais fonctionné. Nulle part. Et, dans ce cas, cela pourrait faire beaucoup de dégâts», prévient-il.

cenon celibataire

miramas femme libre

Pris dans la mesure et la chute du temps,

Lorsque nos pieds sans mémoire foulent la terre,

Le frisson des siècles nous enveloppe de son vent

Frustration de l’avoir, dense nuage de poussières

 

Nous sommes en dangers d’ivresse, rassurante posture

Rassurante blessure, acier qui retranche, certitude aveuglante

La vérité que l’on possède s’exprime en obsession aliénante

Parodie de la vérité à être, car l’Etre ne vient qu’en aventure

 

Le fleuve des concepts inutiles réduit le réel

Vomis le vin du monde et retrouve tes ailes

Retrouve ce qui t’est propre, ta nudité est belle

 

 

villeneuve-sur-lot rencontre couple

site rencontre gratuit sur le cannet
“Le Manque et la plénitude” a été installées à la “Carrière Saint-Martin”, une site particulièrement envouté de merveilles qui résident de Midi à Minuit

Dimanche 21 juillet à 12h, nous avons procédé au 2e lâché d’un poème en pleine nature. Mes lignes versifiées combs-la-ville rencontre travestie a été installées à la “joué-lès-tours rencontre sexuelle”, une site particulièrement envouté de merveilles qui résident de Midi à Minuit entre Saint-Maixent et la Crèche (79). La Clairière Saint-Martin a deux faces. Deux espaces où les maîtres tailleurs de Pierre pratiquaient l’extractions de blocs massifs de calcaire. Les 2 sites sont dos à dos et orienté Est/ouest. Le deuxième site, plus secret, est accessible par deux voies. La première voie pérégrine par les hauteurs, elle offre un chemin sec et étroit qui conduit tout d’abord à deux tombes. Les sépultures dissimulent l’ultime porte de la Clairière… Le second plus large, humide est d’une certaine générosité et passe par le bas.

La 2e clairière de la Carrière Saint-Martin s’est montrée particulièrement prolixe en jubilation et réponses diverses à notre présence. Le lieu a immédiatement entamé un tendre dialogue avec l’installation de bambous, de pierres, d’ardoises et de cordes nouées 4 fois.

site libertin à aurillac
Entre ces pierres de parfaite taille, le compagnon est sous la protection d’ailes sublimes et pourpres et blanches… incitation merveilleuse et douce et sensuelle a œuvrer, sans métal, à la taille des monolithes.

Cette clairière, de tous temps fut propice à la retraite, lorsque vaincu par des ennemis trop nombreux et ivres d’ignorance, il fallait se cacher. Ici la lumière aimante incite à la pratique du désert. En Saint Martin la carrière est bien nommée. Entre ces pierres de parfaite taille, le compagnon est sous la protection d’ailes sublimes et pourpres et blanches… incitation merveilleuse et douce et sensuelle a œuvrer, sans métal, à la taille des monolithes.

agence matrimoniale haut gamme combs-la-ville
Par Raymond Roussel et Lacan, les langues des oiseaux s’ébattent en flammèches, l’esprit ouvert sait alors entendre…

Lorsque le soleil descend, s’il l’on sait chanter ou jouer d’un instrument ; mais aussi trouver le cercle où il est bon de faire sonner les notes, l’être rouge archange de la cape du partage se manifeste. Par Raymond Roussel et Lacan, les langues des oiseaux s’ébattent en flammèches, l’esprit ouvert sait alors entendre… Pour nous ce fut une sorte de salut et la visite caressante et sanctifiante de l’installation-bambouèsque-en-Pierre-ardoise-encordées-du-quatre…

besançon rencontre femme gratuit

combs-la-ville annonce libertine

roubaix annonces rencontreLes dirigeants de la laiterie de Bougon (79) mettent en avant leur bonne volonté. Leur mission première est d’acheter, de transporter et de transformer le lait des producteurs de ce territoire des Deux-Sèvres, légendaire pour son fromage de chèvre, mais tellement malmené par la mondialisation destructrice des économies locales. Dans les bureaux de la Coopérative, les techno-prêtres du marketing l’affirment doctement : « le marché commande nous devons nous soumettre ! » Mais, la réaction des éleveurs caprins est lourde d’émotion face à l’annonce de la disparition programmée du fromage éponyme de leur région. Chaque année, 70t de Bougon est encore fabriquée à la laiterie.  

Célèbre en Deux-Sèvres, car intimement liée à l’histoire moderne d’un certain esprit paysan, le fromage Bougon et sa fine boite de bois blanc, c’est toute une histoire. Bien que d’une qualité rare, ce fromage n’a pourtant plus que sa boite et son nom pour rappeler ce qu’il était originellement d’un point de vue gustatif. Né à l’époque glorieuse de la fin du 19e siècle, dans la mémoire collective il symbolise toujours de formidables espoirs aujourd’hui trahis. Espoirs que ressentaient les travailleurs de la terre, lorsqu’ils entendaient des mots comme progrès social et humanisme. Un quasi Eden que devaient créer sciences et technologies. Aujourd’hui, discrètement et à voie basse, même les propriétaires d’exploitations agricoles industrielles en fond l’amère constat : « l’ingénierie agronome est un piège pervers ! » Le progrès social attendu s’est mu en une équation prétendument incontournable et qui relève ni plus ni moins du chantage économique. De nombreux agriculteurs la résument ainsi : «  Si vous voulez survivre financièrement dans le système actuel vos productions doivent empoissonner la terre, torturer les animaux que vous élever et intoxiquer ceux qui les consomment… ».

En quelque sorte, le fromage « Bougon » est le fantôme local d’un monde agricole uni autour de sa noble mission, celle qui visait à nourrir sainement une population locale et régionale, voir nationale… Aujourd’hui la laiterie coopérative de Bougon, intégrée au groupe industriel agro-alimentaire Terra Lacta, ambitionne de créer des produits pour le marché international. Impuissant devant les diktats d’écrasement des prix pratiqués par la grande distribution qui sont devenus leurs quasi-uniques clients, la direction n’entrevoit qu’une solution : la radicalisation des pratiques industrielles, l’abaissement des coûts et l’augmentation du volume de production, d’où cette volonté de tenter l’aventure de l’exportation… Une politique commerciale que l’on pressent comme une planche de salut. Nul n’ose encore parler de dernière chance, mais la question de la survie de cette petite laiterie des Deux-Sèvres est dans tous les esprits. Les ambitions du groupe industriel Terra Lacta, qui implique la réorganisation de l’ensemble des laiteries qu’il contrôle, devront pourtant entrer en concurrence avec des groupes autrement surdimensionnés et mieux armé financièrement et industriellement. Dans la course aux marchés internationaux, Terre Lacta, ne peut l’ignorer, elle doit faire face à des multinationales hollandaises, Italiennes, américaines, et mêmes grecques dont les capacités de produire des fromages à bas prix avec une pseudo image de produit de terroir est déjà bien rodée.

L’idée de masquer des produits de l’industrie agroalimentaire derrière un marketing qui les vend comme des produits de terroir est une stratégie qui s’est généralisée depuis plus de 10 ans. Mais cette pratique relativement scabreuse de l’industrie agro-alimentaire pour répondre à la demande croissante de produits « sains », « naturels », et même « Bio » commencent à être violemment dénoncées. Récemment encore, un documentaire diffusé sur Canal+ (annonce adulte à bobigny) a alerté le public sur ces manipulations d’images. De la même manière les cultures hyper-intensives qui réussissent à avoir le « label » bio ont provoqué un profond processus de réflexion dans les milieux écologiques et « authentiquement » bio qui devrait aboutir prochainement à un durcissement des critères de sélection du label. Très simplement, la prise de conscience des consommateurs qui a conduit une part importante d’entre eux à consommer régulièrement des produits « bios » et « équitables » devrait encore s’accélérer.

Au regard de ces paramètres et l’évolution espérée et nécessaire des pratiques de consommation, on peut considérer que les choix marketing de la direction de la laiterie de Bougon sont bien plus hasardeux qu’il n’y paraît. Il est aussi nécessaire de comprendre que l’abondement à la dynamique agricole productiviste, impliquée par ces choix marketing, programme des retombées dévastatrices pour les écosystèmes, l’économie locale et les liens sociaux. Car il s’agit forcément de concentrer l’activité sur un petit nombre de laiteries, de baisser de manière drastique les coûts de production et de personnel, d’engendrer des élevages de milliers de bêtes vivant dans des conditions lamentables pour produire toujours plus de lait, mais toujours de moindre qualité gustative et nutritive si ce n’est toxique… Rappelons qu’ au cours de la réunion du 8 juin qui a suivi la manifestation des producteurs de lait, un éleveur de chèvre, la voie lourde de désillusion a lancé : « Si les gens savaient comment les fromages de la grande distribution sont vraiment fait, ils ne voudraient plus en manger ! »

Ces dommages collatéraux de la barbarie économique, une fois réintégrés dans le bilan réel de l’activité globale de l’industrie agro-alimentaire qui les provoque, donne une perspective pour le moins catastrophique de la politique marketing que souhaite développer la laiterie de Bougon. Pourtant il existe d’autres modes de marketing qui visent à recentrer les productions sur des circuits courts. Il est possible aussi d’innover sur le plan des outils et réseaux de distribution des produits… Plusieurs éleveurs de chèvres de ce territoire des Deux-Sèvres ont d’ors et déjà décidé de tourner le dos au modèle productiviste. Leur réussite économique doit être un sujet de réflexion pour tous les acteurs de la filière et tout particulièrement pour les élus locaux. Il en va de la survie de nos campagnes et des paysans. Nous n’avons pas d’autres choix que d’inventer de nouveaux modèles économiques.

Prochain article : « Une économie agricole alternative en sud Deux-Sèvres c’est possible ! »