Ce Mystère du temple…

Share
Neuf Lumières, dignes hyacinthes du Chandelier,
Miraculeuses en leur durée.
Aux Neufs lumières, oriflammes, des neufs jeunes chevaliers,
Miraculeuses en leur humanité.

De l’un à l’autre,

Et des autres à l’Un

 

Neuf Lumières, dignes hyacinthes du Chandelier,

Miraculeuses en leur durée

Aux lumières, oriflammes, des neufs jeunes chevaliers,

Miraculeuses en leur humanité

 

De la purification

A la spiritualisation

 

De la cristallisation, secret protégé des ailes,

A la diffusion, vitale, essentielle…

 

De la violence qui fait du temple des Ruines

Pour que l’espoir règne en toutes les nations…

 

En présence, c’est un Paradoxe,

Maudites braises d’ignorances, vitales et nécessaires,

Elles seules en leurs puissantes faiblesses éphémères,

Peuvent abattre les coupables de l’avoir,

Ces gardiens de Dieu, jusqu’à l’égoïsme,

Nécessaire brisure de leur lignée, d’âge en âge,

Révèle, renouvèle, et nourrie de noir, le partage

 

Nécessaire torture, au feu froid,…

 

Le feu de l’accusateur libéré déshumanise,

L’Un et l’autre en chacun, tout se brise,

Ainsi se retire l’Or… Nulle emprise…

 

Rien d’autre ne peut faire croitre son appel

Pour son retour en Roy, perçant les nuages,

Lys et crapaud, comme cheveux, cristal des songes

Le temps n’existe que par le retrait de l’Éternel

Toutes matières, même les trésors, en gardent la fange

Ce qui ne peut se dire est tissé par les anges

 

Ainsi se porte le mystère du Temple

Il passe de génération en Génération,

Déplaçant les formes, fidèle de Sion,

Allant évoluant, charriant l’espoir ample,

Toujours plus en Force, en Beauté et Sagesse…

 

Les dés en donnent le chiffre !

 

Sous le ciel de Mélusine, la forge de Vulcain !

Share

[mantra-pullquote align= »left|center|right » textalign= »left|center|right » width= »45% »]vulcain-et-Mélusine[/mantra-pullquote]

 

Il frappe le métal de nos âmes soumises au brasier
Tumultes d’ignorances de nos ivres et fétides passions
Il frappe et explose la gangue, infernal baiser,
Il sépare le juste de l’injuste, au rythme de Sion,
Bercé par Mélusine et ses mélopées attentives, tant aimée
Il frappe, laissant fumantes, inertes, les meurtrières illusions
Hélas, toutes meurtrières de la belle et grande humanité

Il frappe, sans perdre espoir, bientôt s’effaçant le titanesque voile,
Offrira les lumières dorées des Atlantes repenties revenus de l’étoile
Alors s’imposera, de déchirure en déchirure, la gloire de tous les possibles,
Alors du métal blanc absolu et complet, victorieux mais humble,
Naîtra l’épée, par la foudre sublime, héritière d’Excalibur
Par sa puissance, fille de Durandal, par sa vertu créatrice de futurs,
Riche comme celle de Gallaad, lame forgée au soleil salomonien,
Glaive de justice en parfait retour… Spirale de joie !

Frères du temple sacré, brodez vos habits, le temps chemine !