La lumière exaltée et les 32 chemins

Share

Mes gestes prononcés et sonores, de Barcelone à Brocéliande, puis à Parthenay, me révèlent un lieu du Mellois (79) En Parthenay, la 3e boucle de ma quête qui lia déjà Barcelone à Brocéliande, s’est manifestée sous la forme de 7 portes lumineuses suite au « lâcher » de mon poème Lamed. C’est … …lire la suite !…

Le Roy des montagnes vides

Share

Tu crois vivre sans avoir à l’aimer

Tu voudrais, c’est ta bête féroce

Tu es maître du rien, rutilante farce

Tu restes gorgé de mort, mécanique, empaquetée, …lire la suite !…

L’éther magnifie le geste juste !

Share

Une réponse vibre en mon cœur : « écrire doucement, un humble filet de lettres, mais résoudre dans le geste d’émettre des signes, ce que le temps questionne. »
Alors que l’automne s’installe, les méditations en gloire s’épurent. Seul l’encens sait se conjuguer à la lumière, c’est ainsi que le verbe rend hommage. Du solstice à l’équinoxe, L’étincelle fondamentale c’est la promesse de l’arrêt. La boucle du temps en fait la tendre promesse. Unique passage obligé des milles et un chemins de renaissance… …lire la suite !…

L’encens, le feu, l’eau et la lumière

Share

  C’est un Souffle saint du présent, sans peur, Lorsque la lumière n’est plus informe Messager des mystères cruciformes, Son feu s’exprime en blancheur, Claire beauté, volute et volupté, Onde de vérité, danse de l’aimée   Car la vérité ne peut être nue Nue, elle nous serait invisible La vérité … …lire la suite !…

Vieillir sans plus attendre les signes

Share

_ –> En original il scrute le journal Sa barbe blanche témoigne Il ne cherche plus à lire du sens La nuée de ces lignes, Portent le brouhaha des mondes Piètre effervescence Rien de plus que l’immonde   Les bras du vieil homme fatigués Limitent le désir Ses mains encore … …lire la suite !…

Appel aux Amants pour le retour à l’Alliance

Share

Lâcher de poème au carré des tombes juives du cimetière du Père-Lachaise (Paris 19e) en écho à sa lecture le soir même à “l’Atelier Z” : En ce matin du 5 novembre 2013, les trois dalles d’ardoise ont été posées sur un arbre qui en son tronc porte vivante une vierge noire. A l’angle d’un mur, presqu’à vue de là où repose la supposée dépouille de Gérard de Nerval passé, par la violence illuminatrice d’un éclair, à l’Orient véritable. A quelques tombes de là où le chef du Grand Sanhédrin reconstitué par Napoléon dort en rêvant que l’horreur moderne et industrielle vécue par d’autres du lieu ne sera pas une nouvelle fois à l’ordre de notre temps… …lire la suite !…

A Mélusine

Share

Ton aile si dense frappe mon esprit

S’avance alors le fleuve des vœux

Ma main, aux lignes immenses, perçoit le cri

Au cœur du craquement écarlate,

étincelle, firmament voluptueux

Sur ma peau d’étoiles je lie l’autre,

Le long éclair s’installe, éternel

Seconde invincible, retour secret de l’apôtre

Mon esprit, ma main, ton aile,

Ton aile si dense frappe et enfin…

… Je suis là où nature fait !

Terrible, magnifique, le festin

Ne limite plus les effets …lire la suite !…

Pour la vérité : « L’abandon au souffle »

Share

Car en fraternité et en amour la gloire rayonne aussi. Ici, ainsi, chaque passant, grâce au Lys, à le pouvoir de ressusciter cet espoir en l’humanité, qui n’est, pourtant déjà plus qu’une ombre sombrant parmi les ombres dans le tableau du plus grand nombre. Les foules ignorent la vérité, et aujourd’hui les foules sont bien plus que masse, elles le sont bien plus encore à chaque heure barbare qui passe, encore et toujours… Elles s’antropophagent à l’aveugle, voraces comme la haine. …lire la suite !…

Mélusine au bras de l’Ange…

Share

Bruissaient les merveilles aux oreilles des gentes Dames et Chevaliers.
La belle Mélusine observait et écoutait,
Passant d’un masque à un autre,
Empruntant, quelques millisecondes l’enveloppe
De celui-ci, puis de celle-là,
Puis revenant à sa vision naturelle, campée dans l’éther,
Une goutte d’espoir en son cœur,
La fée calmait sa peine et sa colère, …lire la suite !…

Mercure viendra

Share

La condition première et ultime C’est accomplir une danse infinie Alors écoute le chemin dont l’hymne Palpite dans l’offrande et l’esprit Rien n’aura été recueilli en vain, Car il ne suffit pas le tamis de la vie Où tous passent et repassent sans fin Par le furieux fleuve aux mille … …lire la suite !…