Lâcher du poème “Un double Ouroboros” au miroir de Mélusine

Share

Avant que la nuit ne viennent, le corbeau de flammes embrasé, en amour toucha la surface où tout se reflète, éternité, petite misère et danse des sentiment futiles, sources des grâces… L’aile flamme donc, toucha la surface frontière d’un monde et son double, là où tout devient possible, transfigurable, ressucitable, c’est là la seule table des lois… …lire la suite !…

Sublime brûlure

Share

Ce qui s’éclaire ne porte pas de nom et nous parle d’une fête Sans effort, ni volonté, sa forme totale nous échappe Sa saveur est sublime, constante, renouvelée et parfaite Mais, pour l’ignorant, la peur vient vite et sape L’espoir si sensuel et pourtant spirituel Car il lui reste tant … …lire la suite !…